#Proverbe du soir : #Enseignement Bouddhiste vs #Développement personnel et professionnel ?

ThierryLeScoul.com -  Maître Yoda« Quand l’élève est prêt , le maître apparaît. »
[Proverbe bouddhiste]

Il me parait intéressant de comprendre ce proverbe bouddhiste…

Envie de creuser ?…

Me suivez-vous dans le parallèle, quelque peu osé, que je vous propose entre l’enseignement bouddhiste et la progression d’une personne sur  son propre chemin ?

« When the student is ready, the teacher appears.« 
[Buddhist proverb]

M’intéressant de prêt à l’enseignement bouddhiste, par évolution personnelle, j’ai quelques lectures sur le sujet.

Et je n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle entre l’enseignement bouddhiste et mes pratiques en terme de coaching ou de formation professionnels, aussi bien sur les plan des progressions personnelles que sur la progression des pratiques managériales individuelles ou collectives.

Il m’est apparu intéressant de partager cela avec vous et d’aller au bout de la compréhension de ce proverbe bouddhiste, selon mon niveau de conscience actuel.

Quel parallèle existerait-il entre  la progression d’un enseignement bouddhiste et la progression d’une personne pour son développement personnel voir pour un manager dirigeant face à sa qualité de management ?

« Quand l’élève est prêt, le maître apparaît. »

Cela signifie que lorsqu’une personne ouvre d’abord son esprit, cette personne va trouver un enseignant, un enseignement ou une organisation qui correspond au niveau de maturité ou de conscience de la personne.
Un dirigeant, un manager va trouver son mentor, son formateur, son coach… quand il sera prêt à en ressentir le besoin…

Que ce soit pour une personne souhaitant un enseignement bouddhiste ou une personne en situation de management,  plusieurs facteurs permettent cette évolution progressive :

1- 1er facteur : besoin de « Conscience »

Pour que l’élève soit prêt , il doit reconnaître quelque vérité dans l’enseignement.
La personne doit percevoir qu’elle ne détient pas toute la « vérité ».

Et cette reconnaissance  vient de son intuition, c’est à dire de son guide intérieur.
Celui-ci vient de son niveau de Conscience – Prise de conscience de quelque chose d’autre, d’inconnu,  existe..

2 – 2ième facteur : besoin de « Confort »

L’élève doit se sentir confortable avec l’enseignement ( sa formation / son coaching ou mentoring)  et cela vient de son égo et de sa conscience
Si l’élève est trop  éloigné, il peut être plutôt attiré par un enseignement qui lui dit un petit peu de vérité et beaucoup de choses qui font que son égo se sente confortable ou en sécurité.
La personne va s’aventurer de façon proche par rapport à ses certitudes, habitudes, croyances, … Cela lui permet de garder un certain niveau de confort assuré par … ce qui ne change pas. En quelque sorte pour se rassurer sur le  bien fondé de ses acquis précédent…

Les morceaux de vérité vont aider son « âme » à croître si il les intériorise.
Ses vérités, certitudes et croyances restant vont être le soutien qui lui est nécessaire pour accepter, s’autoriser à lâcher « ailleurs ».

Les bribes de non vérité peuvent devenir un frein ou une résistance et donc empêcher son développement, sa croissance spirituelle si son égo s’arrange pour les  faire accepter de façon non discriminatoire.

3- 3ième facteur : besoin d’ « Ouverture »

La difficulté peut apparaitre lorsque l’élève permet à son égo de lui faire croire qu’il a trouvé l’ultime gourou,  l’ultime livre ou la technique, l’ultime organisation…. l’ultime solution… lorsque la personne se sent « arrivée », lorsque le manager croit détenir la « vérité »

Ainsi l’élève qui ne croit jamais qu’il a trouvé un enseignant ultime , un maître ultime , une religion ultime ou une organisation ultime s’offre la liberté de progresser sans limite. Là, la personne recherche et  s’inscrit à une formation, cherche un coach et est déterminée à « avancer »

4 – 4ième facteur : besoin de « Progression » et de « Mouvement »

Pour en revenir au Bouddhisme, la plupart des chercheurs spirituels vont commencer leur chemin en trouvant un enseignement qui est un mélange de vérité et de non vérité. Ceci n’est pas nécessairement un problème aussi longtemps que les gens reconnaissent le besoin de ne jamais rester immobiles c’est à dire sont prêts à  chercher un enseignement supérieur quand ils reçoivent une inspiration intérieure à le faire.

Ces personnes vont passer souvent à travers une période rapide de croissance qui peut les faire éprouver comme si elles ont  fait une amélioration spectaculaire comparé à leur niveau de conscience antérieur. Ça y est, la personne a découvert ce qu’elle ignorait, et elle a pu en faire sa connaissance ultime, … le manager a suivi sa formation complémentaire et il pense détenir le Graal.

Ces expériences sont données pour encourager le chercheur spirituel et pour lui donner une preuve  que le monde spirituel existe.

Ces avancées permettent d’encourager la personne par la preuve,  que des avancées sur le plan du développement personnel ou du management existent.

Cependant , après un certain temps , la croissance ralentit  principalement pour les raisons suivantes :

  • Le chercheur doivent continuer à pratiquer même s’ils n’ont plus de signes spirituels ou évènements intérieurs. Il doit travailler sur leur caractère , leurs égos leurs lacunes et qualités spirituelles etc…
  • Cette personne ont tellement avancé aussi loin qu’elles le peuvent avec le maître présent.
  • Et afin de croître plus loin , il doit transcender ce maître et chercher son prochain maître qui est déjà là l’attendant mais non encore reconnu par sa conscience extérieure.
  • Afin d’aller plus loin , la personne doit transcender son « formateur », coach, mentor,… et chercher son prochain coach, mentor,… qui est déjà là, l’attendant mais non encore reconnu par sa conscience actuelle….

Si la personne n’est pas encore ouverte à l’idée de trouver son prochain maître, cela signifie que son égo réussit souvent à  lui faire croire qu’il se sent confortable là où il est et qu’il n’a pas à faire d’autres efforts car il lui semble que maintenant il a le meilleur maître , le meilleur enseignement , la meilleure méthode de méditation etc..

Parfois la personne peut se sentir confortable, croire avoir le meilleur comportement, les croyance aidantes, les meilleures capacités… le manager peut croire avoir les meilleures pratiques, techniques managériales,…

5- 5ième facteur : besoin de « Dépassement »

Il peut donc se reposer sur ses lauriers  car avec ce maître , il est sûr d’être sauvé , atteindre l’illumination, aller au Nirvana …

Cela me rappelle une histoire racontée par G.I.Gurdjieff sur le sur-effort : ‘ Vous avez marché 30 km dans la journée et maintenant fatigué vous avez hâte de rentrer chez-vous vous laver, vous reposer et prendre un  bon souper assis confortablement dans votre fauteuil . »
En rentrant , une voix intérieure vous dit : ‘ Tu dois sortir dehors sous la pluie et sous le vent et marcher encore 3 km de plus. Es-tu prêt à faire ce sur-effort ô chercheur de Lumière ?  » Alors il comprit que le sur effort n’est pas fait pour les faibles de ‘ Coeur ‘. Et donc il sortit dehors faire ces 3 km de plus le cœur et l »esprit en paix avec la certitude que n’importe où où il va le Très Haut l’accompagne.
Cette idée de sur-effort ou de chercher le prochain maître ou enseignement est essentiel sur la Voie intérieure
Lorsque les gens refusent de sortir de leurs cocons confortables , alors ils vont bâtir une mentalité extérieure très rigide avec des arguments très sophistiqués pour lesquels ils n’ont pas besoin de regarder et de chercher au delà  de leur maître actuel.

Lorsque les personnes refusent de sortir de leurs cocons confortables , alors ils vont bâtir une posture et des pensées rigides avec des pensées et stratégies de protection très sophistiqués avec lesquels ils ont la certitude de ne pas avoir besoin de regarder et de chercher ailleurs.

Et c’est pourquoi , le maître qui aurait pu être un enseignant authentique servant à amener ces personnes à un niveau supérieur, est devenu maintenant  un piège  qui empêche leur croissance.

Et c’est pourquoi , le formateur, consultant, coach qui aurait pu être un enseignant ou modèle authentique servant à amener cette personne à un niveau supérieur, est devenu maintenant  un piège  qui empêche sa croissance.

Aussi les chercheurs et pratiquants sincères sont toujours fidèles au chemin , au maître intérieur au lieu du maître extérieur , enseignement ou doctrine ou organisation extérieurs.

Aussi la personne sincère avec son désir de progresser est toujours fidèle à son chemin , a son intuition personnelle au lieu du maître extérieur, des avis enseignements, doctrines ou modes extérieures.

Ça vous parle ?

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s